Bientot_le_Printemps

L'invasion des arachnides

 

Nous ne sommes pas encore au Printemps que les tiques s'invitent déjà dans nos campagnes, stimulées par ce chaud et beau temps. Pour l'instant elles ne sont pas très vives mais comme elles sont présentes jusqu'à l'automne, leur spectre n'a pas fini de hanter nos randonnées !

Je déteste ces acariens géants en mode arachnide autant que j'aime la campagne. Quatre paires de pattes griffues sur un corps sans tête mais une bouche foreuse (rostre) qui s'arime à ses hôtes malheureux : rongeurs, cervidés, chevaux, nos chiens, nos chats... et accidentellement nous.

Elles se nourrissent de sang comme les vampires en moins glamour (!) et transmettent parfois des infections comme la maladie de Lyme... en tapant ces quelques mots je me suis déjà mentalement grattée deux fois !

Elles adorent les contrées boisées et humides avec bocages et vertes prairies comme ici en Limousin.

Attention ce qui va suivre peut donner une envie subite d'annuler : a) une balade en forêt, b) une sortie cueillette de champignons (et oui en ce moment ils sont tout fous et poussent comme des...), c) une séance de jardinage.

Malheureusement pas de miracles côté prévention, peut-être porter des vêtements longs et hermétiques (perte de poids extrême par temps caniculaire), éviter les herbes hautes, quant aux répulsifs ils ne sont pas réputés infaillibles.

Leur piqûre étant indolore il est impératif d'examiner contientieusement son corps (aisselles et autres plis) et son cuir chevelu de retour à la maison. En cas d'indésirable, déloger avec un tire-tique dans un mouvement de rotation sans application préalable de produits qui provoqueraient la régurgitation de la tique et donc une contamination éventuelle ; en cas de doute un pharmacien pourra retirer la tique sans danger puis désinfecter calmement la plaie.

Si une plaque rouge d'environ cinq centimètres de diamètre avec une extension centrifuge apparaît autour de la piqûre quelques jours ou semaines plus tard (érythème migrant à ne pas confondre avec une petite zone rouge autour de la morsure), il faut être réactif pour échapper aux complications liées à la maladie de Lyme (atteintes du système nerveux, des articulations ou de la peau), le médecin pourra prescrire un antibiotique salvateur, tout est dans la rapidité d'intervention après diagnostique. Cette maladie est rarement mortelle mais très handicapante avec des manifestations anarchiques pouvant faire passer la victime pour un hypocondriaque chronique.

Et nos chères têtes poilues dans tout ça ?

Les traitements préventifs sur l'homme n'ont pas prouvé leur totale efficacité alors que dire des produits vétérinaires car c'est déjà limite de devoir régulièrement appliquer un insecticide sur le dos de notre animal adoré alors si en plus ce dernier s'avère inopérant... Mais pour l'instant je n'ai pas trouvé de méthode naturelle et sans chimie que celle des pipettes et inspection du pelage puis tire-tique le cas échéant...

Et je ne veux pas entendre que la dernière solution écolo contre les tiques sur les chats et de ne pas avoir de chat !